Assurance vie : cinq fake news fréquentes en 2019

Assurance vie : cinq fake news fréquentes en 2019

Le , par Christophe Brochard

Placement populaire mais technique, l’assurance vie fait l’objet de nombreuses idées reçues sur les réseaux sociaux. À lire avant de souscrire, d’effectuer un nouveau versement ou de changer de contrat au sein de la même compagnie.

Depuis le début de l’année, on constate une recrudescence de fausses informations sur l’assurance vie qui circulent aussi bien sur internet que lors de rencontres avec nos clients. A travers ces cinq idées reçues, nous allons vous apporter notre point de vue, pour vous aider à vous faire votre propre opinion.

“L’assurance vie ne rapporte plus rien” : Faux

S’il est vrai que les contrats d’assurance vie en euros, les fameux fonds euros, baissent tendanciellement depuis plus de 30 ans, ce n’est pas le cas de tous les contrats d’assurance vie. (Lire notre article : “Les fonds en euro, pourquoi ça baisse ?)

Ces contrats devraient rapporter entre 1,6 et 1,8% en 2019, ce qui reste davantage que le Livret A (0,75%) et le PEL (1% pour les plans ouverts depuis le 1er août 2016). En déduisant les contributions sociales (17,2%) et en prenant en compte l’inflation, il ne reste plus grand chose.

Il convient de bien distinguer les fonds en euros de l’enveloppe fiscale de l’assurance-vie au sens large, qui peut inclure toutes sortes de placements financiers, notamment en Unités de compte.

En effet, pour espérer de la rentabilité, il est intéressant de se pencher sur la performance des fonds diversifiés en Unités de compte. Ceux ci, proposent une rentabilité attrayante pour une prise de risque mesurée et contrôlée. Nous vous conseillons dans ce cas d’en déléguer la gestion à un professionnel qui saura vous accompagner dans le choix des produits financiers à privilégier.

“La flat tax supprime l’intérêt fiscal de l’assurance vie” : Faux

Instauré par la loi de finances pour 2018, le prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30% s’applique à l’assurance vie. Mais uniquement aux gains engendrés par des versements postérieurs au 27 septembre 2017 si vous disposez de plus de 150.000 euros en assurance vie.

Autrement dit, plus de 90% des souscripteurs ne sont pas concernés. La flat tax a même allégé la fiscalité (de 22,2%), avant quatre ans, des gains engendrés par des versements postérieurs au 27 septembre. Ce qui constitue une bonne nouvelle pour tous les nouveaux souscripteurs.

La réforme Macron n’a pas modifié le régime fiscal privilégier en cas de décès. Ce qui constitue une autre bonne nouvelle sur le front des prélèvements.

«L’assureur ne garantit votre contrat qu’à hauteur de 100.000 euros» : Vrai

Une nouvelle directive européenne (BRRD) unifie le processus en cas de faillite de banques en zone euro : dorénavant, l’argent des épargnants, au-delà de 100 000€, doit être saisi avant tout plan de sauvetage éventuel de l’Etat ou de la BCE.

Les épargnants doivent désormais intégrer cette nouvelle exigence : le choix de la banque ou de la compagnie d’assurance devient essentiel. Répondre à ce risque de dépositaire devient, à notre avis, une mission essentielle pour les conseils en gestion de patrimoine.

Lire aussi : Votre argent est-il en sécurité dans les banques et les compagnies d’assurances ?

«Si je ne suis pas satisfait de mon contrat, je n’ai que mes yeux pour pleurer» : Faux

Si vous n’êtes pas content de votre contrat, vous disposez d’un panel de solutions : arrêt des versements, retraits partiels («rachats» dans le jargon des assureurs), clôture du contrat après études des conséquences fiscales.

Publiée au Journal officiel le 23 mai dernier, la loi Pacte offre la possibilité à chaque assuré de changer de contrat au sein de la même compagnie tout en conservant son antériorité fiscale. Un progrès. Les modalités pratiques de ce «transfert interne» (selon l’expression consacrée) ne sont pas encore connue. Nous suivons ces questions de très près.

L’assurance vie est un «placement rouillé» : Faux

L’assurance vie traditionnelle dite en «euros» n’est plus aussi rentable que par le passé mais les contrats modernes dits multi support offrent de nombreuses possibilités de diversification.

L’assurance vie conserve son régime fiscal privilégier tant sur les gains qu’en cas de décès. Nous considérons que c’est l’outil de gestion patrimonial par excellence ; fiscalité avantageuse, protection des proches, rentabilité attrayante. Les Français ne s’y trompent pas. Entre janvier et avril 2019, ils y ont déposé 11,2 milliards d’euros (collecte nette déduction faite des retraits et du versement des capitaux décès), contre 8,1 milliards en 2018 à la même époque.

 

Inscription à la newsletter

Rencontrez-nous